Memoires-d-un-avocartiste.jpg

 

Avocartiste ! Ce joli mot-valise, qui définit si bien Jean Brouillet, se mérite, si on ne veut pas manquer aux deux états qu'il réunit.

Lorsque Maurice Garçon retouchait une aquarelle tandis que ses contradicteurs plaidaient, il manquait à la confraternité et jouait à l'artiste ; il se faisait « provocacteur » plutôt qu'avocartiste.

L'ami Jean dont la délicatesse est une seconde nature n'aurait jamais eu pareille idée. Je puis en témoigner.

Pendant quelques décennies, il a donc sagement alterné son métier d'avocat et sa passion pour le dessin et l'aquarelle. Ici, il les réunit dans un livre. Ce n'est pas la première fois - ni la dernière ! - qu'il associe ses talents d'écrivain et d'illustrateur. Mais là, c'est pour évoquer sa vie d'avocat.

Derrière la malice des histoires de justice qu'il nous conte, il y a un oeil qui frise et un goût très sûr pour les mots qui croquent une époque, une ville, un palais de justice et ses personnages. Il n'a pas été physionomiste puis avocat pour rien ! Mais, la douceur des dessins et des aquarelles, la tendresse qui s'en dégage viennent en renfort de la sagesse que l'avocat a su, aussi, cultiver.

À suivre Jean, on peut être bon sans être dupe, ni des autres ni de soi-même ! C'est exactement ce dont nous avons besoin, non ? Alors, ne résistez pas à ces mémoires ! Elles sont un délicieux remède aux passions tristes !

Jean Danet, avocat honoraire, universitaire